08 – Notions de base, eau et nourriture


a) l'eau

Une éventuelle pollution de l'eau peut avoir 2 origines :

La pollution en amont, chimique et/ou microbiologique. Par exemple, ici en Bretagne, un taux de nitrates trop important (réglementé à 50mg/L et mesuré à plus de 80mg/L dans certaines rivières) peut être la cause d'entérites, de troubles de fécondité et de reproduction. Bien sûr, cela est surtout valable si vous utilisez l'eau d'un puits ou de l'eau de pluie récupérée. Normalement (et la je dis bien normalement, mais c'est un autre débat) l'eau du robinet est exempte de pollution et propre à la consommation.
Autres exemples de pollutions en amont :
  • - l'eau ferrugineuse
  • - l'eau avec du plomb ou du mercure (exemple, les communes limitrophes à l'ex-usine METAL-EUROP dans le Pas de Calais)
  • - l'eau phosphatée
  • - l'eau acide (région à sol couvert de conifères, pluies acides), et bien sûr, pas d'abus de vinaigre.
  • - etc, etc…

La pollution en aval, est essentiellement causée par les déjections des animaux. Beaucoup de maladies se transmettent par le lien bec/fientes. L'eau devient dans ce cas un vecteur passif de transmission de la maladie.

Il est donc préférable d'avoir de petits contenants qui sont rechargés en eau fraîche régulièrement. Dans le cas de contenants plus importants (qui sont autonomes pour plus d'une semaine), il faudra penser à les nettoyer et les désinfecter régulièrement.

Dernier point, ne pas oublier qu'en période de chaleur, la consommation d'eau par les poules peut être triplée.

b) la nourriture

La poule est omnivore, elle mange de tout. C'est donc l'excès ou la carence qui risquent d'être à l'origine de certains problèmes.
Normalement, dans nos petits poulaillers familiaux, nos cocottes devraient avoir l'alimentation la plus équilibrée qui soit :
  • - une ration de mélange de grains le matin (exemple : maïs + blé + daris + orge + avoine)
  • - une journée à gambader et picorer en parcours herbeux
  • - le petit plus : les restes de cuisine (en dehors des os, tout y passe)
  • - une ration de mélange de grains le soir avant de rentrer au poulailler (il est important qu'une poule se couche le jabot plein).

Dans la mesure ou vous consommez vos œufs et/ou mangez vos volailles, je n'aurais de suspicion qu'envers les épluchures de fruits et légumes (surtout issus de l'agriculture intensive) qui sont probablement recouvertes de pesticides bien chimiques.

D'autres idées alimentaires : //passionbellesplumes.wifeo.com/la-nourriture.php

Lors de la saison froide, la poule à tendance à augmenter sa masse graisseuse. Un complément oléagineux peut être introduit à dose raisonnable (graines de tournesol, soja…).




24/10/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi